Courge Shiatsu rôtie

L’un des plaisirs de l’hiver, c’est tout de même de trouver le réconfort dans quelque bonne cucurbite orangée cuisinée.

Je vous propose aujourd’hui de découvrir une gourmandise totale avec cette courge étonnante, au crémeux surprenant et qui, rôtie comme suit, saura vous ravir en accompagnement ou même en farce dans du chou frisé, par exemple.

Pour 6 personnes :

  • 1/2 courge Shiatsu
  • 1 branche de romarin
  • 2 belles gousses d’ail non épluchées (en chemise)
  • 1 branche de thym ou d’origan
  • Sel et poivre noir
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 petit verre d’eau (20 cl)

Préchauffez votre four à 200°c.

Coupez votre courge Shiatsu en 4 morceaux (attention, c’est coriace) et déposez-les dans un plat à gratin allant au four.

IMG_3498

Versez l’eau au fond du plat, afin d’avoir une fine couche. Assaisonnez les morceaux de courge Shiatsu de romarin, de thym, d’un peu de sel et de poivre noir. Terminez en arrosant d’huile d’olive.

IMG_3502

Enfournez jusqu’à ce que la courge soit dorée et fondante, en la piquant avec un couteau.

IMG_3504

Vous la servirez soit telle quelle, soit en purée, délayée avec un peu de bouillon et de crème, en rectifiant l’assaisonnement.

Publicités

Mac & Cheese sans gluten

C’est l’hiver. Il fait froid. On n’a qu’une envie, c’est d’être confort. Confort dans son canapé avec un thé, un chocolat chaud, un bon bouquin et le chat qui fait chauffage central sur vos genoux.

Le moment de passer à table arrive et on voudrait rester dans ce confort, alors, je vous propose cette recette 100% comfort food, 100% anti-détox, qui ravira les allergiques au gluten. Jugez plutôt :

Pour 4 personnes :

  • 400 gr. de pâtes sèches sans gluten (de la marque « Ma Vie Sans Gluten », disponible chez Naturalia)
  • 1 dose de Kub Or ou 1 bouillon de volaille
  • 1 bel oignon et 1 belle échalote
  • 2 gousses d’ail dégermées et finement hachées
  • De l’origan séché
  • Du poivre noir
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à café de vinaigre de vin rouge (facultatif)
  • Du beurre pour le moule

Pour la sauce béchamel :

  • 40 gr. de Maïzena
  • 40 gr. de beurre doux
  • Environ 50 cl de lait 1/2 écrémé
  • 100 gr. de Comté râpé
  • 70 gr. de Parmesan ou de Grana Padano (choisissez une AOP)
  • Gros sel gris (non raffiné) de Guérande et poivre

Faites suer l’oignon, l’échalote hachés ainsi que l’ail dans l’huile d’olive avec l’origan, le sel et le poivre. Remuez régulièrement jusqu’à ce que le tout soit translucide. Mouillez avec le vinaigre et réservez hors du feu.

Préparez la béchamel : Dans une casserole à fond épais faites fondre le beurre puis versez-y en une fois la Maïzena. Remuez ce roux sans cesse jusqu’à ce qu’il s’agglomère. Versez le lait petit à petit de façon à ce qu’il s’incorpore au roux sans former de grumeaux. Laissez bien épaissir cette béchamel mais elle doit rester un peu liquide afin de la mélanger aux pâtes. Salez peu et poivrez puis versez les fromages en mélangeant bien. Réservez hors du feu.

Faites cuire les pâtes dans une grande quantité d’eau avec le bouillon cube de votre choix ou juste une cuillère à café de gros sel gris de Guérande.

Préchauffez votre four à 180°C. Mélangez d’abord les pâtes aux oignons que vous étalerez dans un moule beurré. Puis, versez la béchamel aux fromages sur les pâtes et mélangez juste assez pour faire pénétrer la béchamel.

Parsemez enfin un peu de fromage râpé et enfournez pour 10 min, puis 15 min en position grill.

Servez sans attendre !

IMG_3435  IMG_3434

 

Super Breakfast !

Je vous propose ici une nouvelle recette vegan, à base de super-food, que vous pourrez évidemment adapter à votre placard et à vos envies. Nourrissante et légère, elle ne contient ni lactose et très peu de gluten grâce à aux flocons d’avoine et de bons acides gras, contenus dans les graines. Ainsi, vous pourrez démarrer la journée du bon pied, sans être alourdis et bye bye le coup de pompe de 11h !

Pour un 1 bol :

– 1 yaourt au lait de soja

– 30 gr. de flocons d’avoine

– 2 cuillères à soupe de mélange de graines (tournesol, courge, pignons de pin et lin brun)

– Du sirop d’agave selon votre goût

Dans un bol, mettez les ingrédients dans l’ordre donné ci-dessus et accompagnez votre super breakfast de votre boisson chaude habituelle ainsi que d’un fruit (si vous avez encore faim).

Le yaourt au soja, dont le goût me rebutait il y a encore peu de temps, m’a paru doux. Vous pouvez néanmoins le remplacer par un autre laitage (fromage blanc, faisselle etc…).

Le sirop d’agave, grâce à son indice glycérique faible, permet une meilleure assimilation et vous évitera le coup de pompe de 11h, vous savez celui qui fait que vous mangeriez bien tout le distributeur de barres chocolatées…

L’avoine, cette céréale contenant très peu de gluten, est très bien tolérée et votre bidon vous dira merci !

12182586_10206369802458746_3346069029794268297_o

00Chut#5 : Mes Carottes, de Vichy à Alger

JOUR J ! Jour de ma première participation à un défi culinaire entre blogueurs ! Le hasard de mes lectures en ligne est tombé sur celui proposé par Elsa, du blog d’Elsa, Envie d’une recette végétarienne?, sur le site du moins excellent blog Chut ! Je Pâtisse.

11986340_1894110360813204_593681359026619516_n

Petit retour en arrière sur les 4 précédents défis :

00Chut#1 : l’Hymne au Chocolat par Chut Je Pâtisse

00Chut#2 : Crêpe Party, par la Fabrique à Délices et HomeMade Maurylise

00Chut#3 : Cuisine du monde a emporter, par Elo dans la Farine, Épices&Moi et Cuisine&Plaisirs

00Chut#4 : Fingerfood Chic et Glamour par Épices&Moi

Et voici la liste des blogs et personnes participant aujourd’hui :

Chutjepatisse / La cuisine au fil d’Ariane Wondercow /  KeskonmangemamanOn n’est pas sorti de chez Perrine Les papilles qui fretillent / Les bonnes petites recettes de Lagrande Pages Envie d’une recette Les Voyages de Gridelle / On dirait du miel / Marine en Cuisine / Cuisine 2 soeurs / Petit Cuillère et Charentaises / Evin sur son NuageLa danse des casseroles /  Cuisine Voozenoo / Ma cuisine Bleu Combava / Emmanuelle (non blogueuse).

Le thème : revisiter un plat de la cantine de notre enfance, traumatisant ou pas.

La méthode : Les participants fonctionnent en binômes, chacun donnant à l’autre un ingrédient qu’il devra impérativement inclure dans sa recette.

Et mon ingrédient secret pour ce défi, donné par mon excellente collègue du blog Marine en Cuisine, est… LE MIEL ! Il ne m’en fallait pas moins pour partager avec vous ma version orientalisante des carottes Vichy, que j’ai connues plus ou moins flotteuses  à la cantine, quand j’étais lycéenne …

Je vous les propose ici en version végétariennes, avec en accompagnement un mélange gourmand de boulghour et de quinoa sauté aux épices, afin d’en faire un vrai plat équilibré.

ENJOY !

Pour 8 personnes :

– 8 carottes de taille moyenne

– 60 gr. de boulghour

– 60 gr. de quinoa

– 2 beaux oignons

– 3 belles cuillères à soupe de miel

– 1 dizaine de tiges de coriandre et de persil plat frais

– 1 petite gousse d’ail épluchée, dégermée et hâchée

– 1 cuillère à café de mélange de graines (facultatif)

– 1 pincée de vanille en poudre

Pour les épices, prévoyez :

– Du ras-el-hanout jaune

– 1 pincée de curcuma

– De la cannelle

– Du gingembre en poudre

– Du gros sel gris de Guérande

– Du poivre noir moulu

– Du paprika

– Du cumin

– 1 cube de bouillon de légumes bio sans sel ajouté (facultatif)

IMG_2576

Faites porter à ébullition dans 2 casseroles distinctes de grandes quantités d’eau avec la moitié du bouillon de légumes dans chaque casserolle et faites-y cuire le boulghour et le quinoa comme indiqué sur leur paquet respectif (env. 15 min). Égouttez soigneusement les céréales et réservez-les.

Pendant ce temps, épluchez vos carottes et oignons. Taillez ces derniers en cubes et faites-les fondre avec l’ail hâché dans une poêle à feu moyen avec 3 belles cuillères à soupe d’huile d’olive, une pincée de gros sel ainsi qu’une petite cuillère à café des épices citées. Détaillez les carottes en rondelles (avec un robot, c’est mieux !).

Lorsque l’oignon est translucide, baissez le feu et ajouter 5 cl d’eau afin de cuire le tout. Ajoutez au mélange 1 cuillère à soupe de miel et encore 5 cl d’eau. Dès la reprise de l’ébullition, retirez et réservez ce mélange du feu. Vous en prélèverez l’équivalent d’une cuillère à soupe pour y cuire les carottes. Mixez le mélange d’oignons aux épices et réservez à température ambiante.

Ajustez l’assaisonnement en épices, ajoutez une cuillère à soupe de miel et remuez régulièrement les carottes afin qu’elles confisent régulièrement. Réservez-les dans une assiette.

DSC00558 DSC00557

Dans la même poêle, versez le boulghour et le quinoa égouttés avec l’équivalent de deux cuillères à soupe d’huile d’olive, du sel et du poivre ainsi que les épices et du miel selon votre goût. Dès que les céréales sont chaudes, ajoutez-y la coriandre et le persil plat ciselés.

IMG_2577

À l’aide d’un cercle ou d’un ramequin à crème brûlée d’une célèbre marque de surgelés 😉 tassez quelques belles cuillères de céréales et retournez le tout sur votre assiette de service.

Formez une jolie corolle de carottes confites au miel sur les céréales. Faites briller au pinceau le dessus avec du miel fondu. Parsemez du mélange de graines et saupoudrez de vanille.

DSC00576

Servez sans attendre.

DSC00574 DSC00573

Variante : Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter un beau dos de cabillaud juste cuit à la vapeur quelques minutes avec un rien de beurre salé fondu, du poivre ou encore une brochette d’agneau, pour profiter des derniers rayons de l’été.

Banana Bread Chocolat & Raisins Secs

Cette recette, il y a longtemps que je voulais la tester. La cuisine vegan est très inspirante et il y a un blog qui a achevé de me donner envie, c’est Jujube en cuisine. On y trouve tout un tas de belles recettes très variées, aussi bien végétales qu' »omnivore », mais toujours gourmandes et le ton est aussi léger que passionné.

C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers sa recette de banana bread, que j’ai adaptée à mon placard et à mes envies du moment.

Merci Julie !

Pour un cake :

– 1 belle banane mûre

– 70 gr. de sucre de coco (chez Naturalia)

– 1 cuillère à café de vanille en poudre

– 170 gr. de farine de blé

– 1 cuillère à soupe de purée d’amandes (chez Naturalia)

– 8 cl de lait végétal, ici, du lait d’amandes (chez Naturalia)

– 100 gr. de pépites de chocolat

– 100 gr. de raisins secs mœlleux

– 1 cuillère à café de levure

– 1 cuillère à café de bicarbonate alimentaire

– 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre

IMG_2468

Préchauffez votre four à 180°C.

Épluchez et écrasez votre banane finement à l’aide d’une fourchette, puis mettez-la dans un saladier. Versez le sucre de coco et mélangez le tout.

Mêlez intimement les ingrédients secs (farine, levure, bicarbonate et poudre de vanille) et ajoutez-les à la banane écrasée. Poursuivez en ajoutant les ingrédients liquides un à un. Finissez par la purée d’amandes et mélangez entre chaque ajout d’ingrédient, jusqu’à l’obtention d’une pâte liquide et homogène.

IMG_2472

Incorporez les pépites de chocolat et les raisins secs sans trop mélanger la pâte.

Versez votre pâte dans un moule huilé et fariné ou dans un moule en silicone (sans graissage préalable) et enfournez pour 50 min. Vérifiez la cuisson de votre gâteau en y plantant un couteau. Si elle ressort sèche, c’est cuit.

Démoulez sur une grille et laissez refroidir le Banana Bread avant de le découper. Servez à l’heure du goûter ou au petit-déjeuner.

IMG_2482 IMG_2478

 

Islande Gourmande : Mes Do & mes DON’T

Ça y est. On l’a fait. Notre voyage de noces avec Chéri.

La destination, l’Islande, a été au-delà de nos espérances. Nous avons vu des paysages éblouissants, des glaciers majestueux, des chutes d’eau à n’en plus finir et barboté dans des bains géothermiques de soufre et de silice : un délice !

La cathédrale de Reykjavik
La cathédrale de Reykjavik

Autres délices insoupçonnés en Islande : la gastronomie ! On n’est pas en reste en la matière et nous avons eu, heureusement, davantage de belles et bonnes expériences que de mauvaises surprises.

Laissez-moi ici vous faire un petit résumé gourmand de notre voyage sous forme de DO et de DON’T.

Notre arrivée à Reykjavík n’a, dans un premier temps, pas trop laissé le temps pour une bonne table. Aussi, avons-nous fait au plus rapide après avoir récupéré nos bagages et la voiture…

DO : L’Islande est un pays largement agricole et l’élevage ne manque pas. On se targue d’avoir des spécialités laitières de toutes sortes, et à raison. Nous avons goûté ce qu’on nomme le SKYR. Il s’agit d’un fromage blanc hyper onctueux et à la texture très ferme et lisse (un peu comme le marscarpone, la matière grasse en moins). La version nature (« Hreint » en islandais) a un goût d’une grande douceur, je n’ai pas eu besoin de le sucrer. De plus, c’est très riche en protéines et ça cale bien sans alourdir (comme les fromages blancs protéinés récemment apparus dans nos grandes surfaces, mais les épaississants et les additifs en moins!).

IMG_2128
Skyr à la myrtille, le fruit national.

DON’T: En revanche, je ne recommande pas les Skyr fruités, parce que pour le goût des fruits, c’est un peu léger et souvent trop sucré, pour avoir goûté les versions fraise, myrtille, pêche-framboise et fruits des bois.

DO : Un conseil. Si nous avons pu nous faire plaisir de temps en temps au restaurant, et vue la cherté de la vie en Islande, nous avons investi dans une petite bouilloire qui se branche sur allume-cigare, pour nous faire des nouilles instantanées que nous avons complétées par des barres céréalières du Skyr. Bon, c’est très long de faire bouillir 1 litre d’eau (50 minutes, montre en main !), parce qu’on est branché sur du 12V seulement. Patience est mère de toutes les économies !

DON’T : Le sandwich pain de mie sous blister. C’est gras et froid, la macédoine est noyée dans une mayonnaise trop huileuse. C’est dommage, parce que l’agneau fumé n’était pas trop mauvais. Vous apprendrez en lisant cet article que l’agneau est la viande nationale, voire un emblème !

1er repas...
1er repas…

DO : Pour les amateurs de viande et de poisson, vous seriez heureux comme tout, parce qu’en Islande, on l’apprécie sous toutes ses formes ! Rôtie, fumée, saisie, marinée… Il y en a pour tous les goûts.

Au pays du Hareng Fumé, l’Agneau est pourtant le roi ! En effet, les moutons et leurs petits se baladent et broutent l’herbe menue en toute quiétude le long de la mythique route 1. On a d’ailleurs remarqué qu’ils allaient toujours par 3… Le bœuf est aussi bien représenté puisque, belle surprise pour moi qui en adore la langue, j’ai pu la goûter fumée !

1 mouton... 2 moutons...
1 mouton… 2 moutons…
Langue de bœuf fumée
Langue de bœuf fumée

DON’T: Sauf si vous êtes absolument fou de « Vache Qui Rit », et parce que vous êtes absolument fou de « Vache Qui Rit », je vous déconseille ceci :

Mystère de la gastronomie islandaise...
Mystère de la gastronomie islandaise…

Alors, comment vous dire… C’est une sorte de babeurre aromatisé, ici à la crevette (je la cherche encore…) ou encore aux champignons, au poivron et même… au camembert ! À éviter, donc. Mais en réalité, ça n’a pas grand goût. J’ai largement préfèré le beurre.

DO: Les petits déjeuners (très copieux) dans les guesthouses et les hôtels ! Nous avons confié l’organisation de notre voyage à une amie dont l’agence se trouve à Asnières (retrouvez-la ici) et elle nous a trouvé de charmantes fermes en activité qui, l’été venu, ouvrent leurs chambres d’hôtes et proposent pour la plupart une cuisine familiale et locale. Mention spéciale pour Geirland, près de Kirkubæjarklaustur (Je vous rassure, on peut dire aussi Klaustur, prononcez « Kleusteur »), pour son personnel hyper chaleureux, ses plats locaux et son super petit-déjeuner. Également, la ferme de Brunnhóll pour son buffet à volonté mais cher (6100 ISK, soit environ 40€ par personne, sans boisson) et ses glaces Joklais, réputées dans tout le pays, faites à partir du lait de leurs vaches, sur place, est formidable !

IMG_2399
Petit-déjeuner à Brunnhóll : Du Skyr accompagné de granola maison, de mélasse et d’un mélange de graines et du pain bis, pour les tartines.

On s’était fait ce plaisir, parce que nous n’avions pas déjeuné le midi, ayant bien profité du petit-déjeuner. Et puis, c’était notre voyages de noces 🙂

Buffet des entrées
Buffet des entrées et des plats
IMG_2390
La soupe de légumes qui va bien !
IMG_2387
Une belle variété de petits pains (pavot, fromage, tomate séchée, graines)
IMG_2392
Le buffet des desserts, où la rhubarbe est reine : en verrine, en crumble.

DO: Les tisanes aux plantes sont très agréables en fin de repas. Il est une plante qui cultivée dans tout le pays et qui est comme notre camomille : l’angélique. Elle pousse à l’état sauvage et elle se décline dans tout un tas de préparations culinaires : en tisane donc, mais aussi en confiture, elle peut parfumer du sel ou encore en sirop. Comme elle a un goût très doux, elle est recommandée le soir et en fin de repas, pour faciliter la digestion. MIAM !

IMG_2262
L’angélique

DO: Le dernier que je donnerai, c’est à nouveau un buffet, mais un buffet qui se mérite… Il est beaucoup moins cher que le précédent (5700 ISK, soit environ 18€ par personne, avec de l’eau et 1 verre de smoothie aux fruits rouges) et l’on peut en profiter après avoir barboté dans les eaux géothermales et soufrées de Laugarvatn. Là, vous pourrez goûter une cuisine subtile, très variée et équilibrée : purées de légumes et de légumineuses, viandes et poissons fumés, différents pains scandinaves, dont un pain d’épices d’un mœlleux comme j’en ai rarement mangé et qui se mariait à merveille avec le saumon fumé sauvage, divin lui aussi.

J’espère que ce petit tour d’horizon vous donnera envie de prendre un avion ! Je reviens bientôt avec une sélection de restaurants et commerces de bouche. En attendant, n’hésitez pas à me laisser vos commentaires et questions et si vous êtes déjà allés en Islande, vos expériences sur place ! Parce que c’est trop bien de partager !

Skál og takk fyrir !

 

 

Mœlleux au chocolat, cœur coulant

Pour 8 coulants :

– 150 gr. de chocolat noir à pâtisser

– 150 gr. de beurre (dont 30 gr. de beurre demi-sel)

– 50 gr. de farine tamisée (pour éviter les grumeaux)

– 100 gr. de sucre glace

– 2 cuillères à café de vanille en poudre (celle de la marque bio Cook)

– 3 petits œufs

Préchauffez votre four à 180°c.

Dans un saladier, mélangez la farine, le sucre glace et la vanille.

Préparez votre bain-marie : Dans une casserole, faites chauffer de l’eau (elle ne doit pas bouillir), et posez dessus un cul-de-poule ou un autre saladier contenant le chocolat et le beurre. Il ne doit pas toucher l’eau. Ainsi, vous ferez fondre plus doucement le beurre et le chocolat.

Ajoutez au fouet les œufs un à un dans votre mélange de farine, jusqu’à obtenir une pâte lisse et diablement vanillée…

11741290_10205808125737179_556529930920740550_o

Puis, incorporez le mélange fondu beurre-chocolat et mélangez intimement.

Versez la pâte au chocolat dans des moules (beurrés s’ils ne sont pas en silicone) et faites cuire entre 8 et 12 minutes.

Si vous voulez un large cœur coulant, faites cuire 9 minutes : les bords sont cuits et un œil se forme au centre.

Petit plus : Servez avec des brisures de dragées pour donner du croquant et puis, le temps du goûter aussi est festif !

Mœlleux Chocolat

 

Je le présente ici dans un verre, parce que j’ai raté le démoulage (ah ah ah !) et HOP ! Pas vu, pas pris, je te régale quand même !

ENJOY !

 

Tarte exotique aux fraises

Je propose une adaptation de la recette de tarte exotique de Mélanie Dupuis (ma prof de stage de pâtisserie) dans son excellent livre, « Le Grand Manuel du Pâtissier » (Éd. Marabout). Voici ce que j’ai réalisé :

11741207_10205686963348195_6162421492251728657_o

Mon adaptation consiste en l’ajout de fraises, les dernières de la saison et moins de coco. J’espère que vous vous en régalerez autant que moi. Avec un peu de temps devant vous et une belle envie de fruits, vous devriez y arriver !

Pour 6/8 personnes :

– 1 abaisse de pâte sablée du commerce ou maison

– 1/2 pêche blanche

– 1 fruit de la passion

– 2 barquettes de petites fraises

– De la vanille en poudre

– Du sucre glace

Pour la crème coco :

– 40 gr. de beurre pommade (il s’agit de beurre ramolli)

– 30 gr. de sucre

– 50 gr. de coco râpée

– 1 œuf

– 10 gr. de farine ou de Maïzena

Pour le crémeux à la mangue :

– 125 gr. de purée de mangue

– 1 œuf entier et 1 jaune

– 25 gr. de sucre

– 1 feuille de gélatine (j’utilise de la gélatine bovine, moins « forte » que celle du commerce, porcine. Ainsi, j’ai moins la sensation de gelée mais de crème).

– 30 gr. de beurre.

Pour le crémeux au fruit de la passion :

– 125 gr. de purée de passion

– 1 œuf entier et 1 jaune

– 25 gr. de sucre

– 1 feuille de gélatine (la même que précédemment)

– 30 gr. de beurre

Remarque : Pour les purées de fruits, je les achète chez G. DETOU au 58 rue Tiquetonne 75002 Paris. Vous verrez, c’est la caverne d’Ali Baba de la mangeaille !

IMG_2022

Pour la poudre de vanille, je l’achète chez Naturalia, dans la marque bio « Cook » :

IMG_2024

Préchauffez votre four à 160°C.

1- Réalisez la crème coco en mélangeant bien le beurre pommade avec le sucre jusqu’à obtenir la consistance d’une crème. Puis, ajoutez la coco râpée, l’œuf et la farine. Mélangez le tout en veillant à ne pas y incorporer trop d’air.

Coulez cette crème sur votre fond de pâte sablée et faites-cuire entre 20 et 30 minutes. Le tout sera cuit lorsque la pâte est dorée de toutes parts. Réservez.

2- Réalisez le crémeux mangue : Réhydratez la gélatine dans un bol d’eau froide.

Versez la purée de mangue dans une casserole et faites bouillir à feu moyen. Fouettez les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Versez sur ce mélange la moitié de la purée de mangue et continuez de fouetter (pour éviter les grumeaux).

Reversez le tout dans la casserole, toujours en fouettant. Dès la première ébulliton, retirez le mélange du feu. Ajoutez le beurre et la gélatine. Fouettez jusqu’à ce que le mélange soit lisse. Débarrassez dans un bol ou une assiette creuse et laissez prendre au froid pendant quelques heures.

3- Réalisez le crémeux passion de la même manière que pour le crémeux mangue.

4- Au moment de dresser, équeutez et coupez les fraises à la leur base puis en 2. Découpez également en petits cubes votre demie pêche (on appelle ça une brunoise). Pochez vos crémeux sur le fond de tarte sablée.

DSC00052

Disposez harmonieusement les morceaux de fraises sur les touches de crémeux aux fruits. À l’aide d’une petite cuillère, étalez un peu de crémeux sur le rebord de la tarte puis faites-en en alignant le reste de fraises entières.

Disposez de la pulpe de passion sur la tarte, saupoudrez de vanille en poudre puis de sucre glace tamisé. Remmettez au froid jusqu’au moment de servir.

Très très bon appétit, les gourmands !

IMG_2019  IMG_2015

 

Pâte sablée

C’est la recette de Mélanie Dupuis dans son super bouquin dont je vous ai déjà parlé :

9782501099783-G

Pour 8 personnes :

– 200 gr. de farine

– 70 gr. de beurre doux bien froid

– 1 gr. de sel

– 70 gr. de sucre glace

– 1 œuf

Mélangez la farine et le sel. Ajoutez le beurre froid en petits cubes. Frottez l’ensemble entre vos doigts pour obtenir la texture du sable, sans écraser.

Ajoutez le sucre glace et agglomérez le tout avec l’œuf. Faites une boule que vous aplatirez avant de la filmer. Laissez reposer au moins 2h avant utilisation, idéalement jusqu’au lendemain.

« Chlada Mechouiya » ou Salade de poivrons grillés et tomates

Pour 4 personnes :

– 1 kg de poivrons verts et rouges

– 4 tomates grappe

– Huile d’olive

– Vinaigre de Xérès

– Fleur de sel et poivre du moulin

Allumez le grill de votre four à 250°C. Rincez soigneusement vos poivrons, essuyez-les puis placez-les dans un plat allant au four. Enfournez sous le grill et retournez-les régulièrement jusqu’à ce que la peau noircisse sur tous les poivrons.

Mettez vos poivrons grillées dans un sac plastique puis fermez ce dernier : la condensation en facilitera l’épluchage.

Pendant ce temps, épluchez, dégermez et hachez la gousse d’ail. Détaillez également vos tomates en quartiers ou en huitièmes et disposez-les harmonieusement sur votre plat de service.

Épluchez et épépinez vos poivrons.

Astuce : Pour bien enlever tous les pépins, passez vos poivrons épluchés sous le filet d’eau du robinet et vous verrez qu’aucun pépin n’y résiste.

Faites des lanières de poivrons en les tenant entre vos pouces et index, comme si vous vouliez déchirer une feuille de papier.

Chlada Mechouiya
Chlada Mechouiya

Ajoutez les spaghettis de poivron ainsi obtenus à vos tomates déjà découpées. Pour l’assaisonnement, mélangez l’huile d’olive, le vinaigre, la gousse d’ail, le sel et le poivre et versez sur vos légumes grillés.

Variante : Je remplace le vinaigre de Xérès par une « sorte » de vinaigre que l’on trouve en épicerie orientale. Je ne sais pas d’où vient ce goût si particulier et doux, mais c’est celui des salades de mon enfance, une Madeleine de Proust, encore 🙂

Le voici :

IMG_1999

Servez tiède ou froid, avec du bon pain, ou mieux une part de « kesra », la galette traditionnelle.

IMG_1878